Pierre Hermé et Philippe Conticini l’ont adopté. Si ces grands maîtres pâtissiers ont eux aussi succombé au CBD, c’est parce qu’ils y ont trouvé de nouveaux territoires gustatifs à explorer.

Le CBD révèle en effet une gamme de saveurs si intéressante que le CBD s’est fait une place à table et des sommeliers du CBD ont même vu le jour outre-Atlantique.

Oubliez le space cake. Inoffensif, le CBD a rejoint la carte de nombreuses recettes gourmandes et bien-être. 

Mais cuisiner du CBD ne s’improvise pas. Dosage, cuisson, quelques rudiments sont à connaître avant d’enfiler son tablier.

Partager cet article :

Du CBD dans vos assiettes

Plus connu sous forme de fleurs, d’huile ou de gélules, le CBD est utilisé quotidiennement par un public croissant en quête de bien-être, en prévention contre le trac ou en accompagnement de pathologies lourdes générant des douleurs chroniques telles que l’arthrose. Pour profiter de ses bienfaits, le cannabidiol s’invite également à table.

Un super-aliment aux notes herbacées

Jus de fruits super-vitaminés boostés au CBD, cookies, salades, soupes, plats mijotés… ce super-aliment peut venir enrichir un nombre de mets illimités, salés comme sucrés, minceur, healthy ou hyper gourmands.

Un double intérêt : du goût et des bienfaits

Si le CBD semble un nouveau venu sur les menus, l’infusion de cannabis remonte pourtant à la nuit des temps. Effet de mode ou pratique programmée à s’inscrire dans la durée, une chose est sûre : l’ingestion de cannabinoïdes et plus particulièrement du CBD présente de multiples intérêts : se régaler tout en profitant des propriétés du CBD.

et ajoutez un soupçon de CBD

C’est le titre du livre de cuisine paru le 23 septembre 2021 aux éditions First.

Fin gourmet et fin connaisseur du CBD, Great and Green a souhaité partager son savoir et son appétence pour ce produit naturel avec les marmitons curieux d’expérimenter ce nouvel aliment.

Notre équipe a mis au point des recettes savoureuses pour ajouter un soupçon de CBD à vos préparations et dans les règles de l’art. Ce livre de recettes de CBD vous explique comment tirer parti de ce super ingrédient afin de profiter d’un bon repas et de ses vertus.

Un ouvrage avec des recettes simples au CBD pour une cuisine du quotidien, reflet de notre passion pour cette petite molécule dont nous découvrons en permanence de nouveaux usages et bénéfices.

Comment cuisiner le CBD ?

5 règles sont à connaître et respecter pour cuisiner le cannabidiol :

1 -Associer le CBD à un corps gras

Liposoluble, le CBD est mieux assimilé lorsqu’il est associé à une graisse végétale de préférence (huile d’olive, huile de graines de chanvre, huile de coco…). La molécule du cannabidiol n’est en effet pas soluble dans l’eau. Cette propriété explique le succès des recettes sucrées et salées à base de CBD. Ce mode de consommation permet en outre d’en préserver les qualités.

2 – Faire chauffer le CBD

En plus du corps gras, une autre étape est cruciale pour profiter des bienfaits thérapeutiques prêtées à la molécule de cannabidiol. Car son ingestion sans avoir été chauffée ne permet pas d’activer la molécule et d’espérer des effets. Au mieux, vous profiterez du goût herbacé.

Liposoluble, le CBD est mieux assimilé lorsqu’il est associé à une graisse. Cette propriété explique le succès des préparations sucrées et salées à base de CBD. Ce mode de consommation permet en outre d’en préserver les qualités.

Nouvel ingrédient bien-être en cuisine, le CBD peut aussi être considéré comme une nouvelle épice. Son association avec certains légumes, fruits, céréales ou protéines peut produire des saveurs originales, vivantes et évolutives. Il s’accorde également à merveille avec le cacao, la vanille et la cannelle.

Le CBD apporte des notes mentholées, herbacées, poivrées, fruitées, mais aussi de la fraîcheur et une tension végétale.

Pour des plats réussis, il convient de choisir les meilleurs ingrédients en privilégiant des huiles spectre large ou complet, contenant du CBD naturel et non synthétique et opter pour des fleurs bio affichant un taux de CDB conforme à la norme.

Pourquoi faire chauffer la fleur de chanvre dans un corps gras ?

La molécule du cannabidiol n’est pas soluble dans l’eau et son ingestion, sans avoir été chauffée, ne permet pas d’avoir les effets escomptés. Au mieux, vous profiterez du goût herbacé.

Le fait de chauffer à 100 °C la molécule en présence d’une matière grasse lui permet de se dissoudre, d’en faire ressortir les différents arômes et d’en révéler les principes actifs.

Cette étape permet une diffusion optimale du CBD dans l’organisme, c’est-à-dire une diffusion lente pour un effet plus ou moins doux et à long terme selon la quantité et la concentration du cannabidiol présente dans la fleur.

  • Si vous cuisinez une fleur de chanvre, celle-ci devra être chauffée au préalable.
  • Si vous utilisez de l’huile de CBD, celle-ci a été chauffée lors de la fabrication. Vous pouvez ainsi sauter cette étape et l’ajouter à vos plats telle quelle.

À savoir :

  • Le fait de chauffer à 100 °C la molécule en présence d’une matière grasse lui permet de se dissoudre, d’en faire ressortir les différents arômes et d’en révéler les principes actifs.
  • Ne pas dépasser 180 °C, au-delà de cette température, le goût et les propriétés du CBD sont altérées.

Cette manipulation appelée “décarboxylation du CBD” permet une diffusion optimale du CBD dans l’organisme, c’est-à-dire lente et durable.

3 -Cuisiner un CBD de qualité

Comme tout autre produit, la qualité fera la différence. Pour des plats réussis, il convient de choisir les meilleurs ingrédients en privilégiant des huiles à spectre large ou complet, contenant du CBD naturel et non synthétique et d’opter pour des fleurs affichant un taux de THC conforme à la norme de 0,2 % maximum. Pour cela, tournez-vous vers un magasin CBD exigeant et engagé.

4 -Choisir le bon produit de CBD

Fleur de CBD et huile de CBD peuvent être cuisinées. L’une ou l’autre est plus appropriée selon le mets à concocter.

  • La fleur, une fois chauffée et réduite en poudre, peut être saupoudrée sur vos grillades, salades, légumes vapeur, yaourts. Elle peut aussi être incorporée dans vos appareils en pâtisserie ou dans vos sauces.
  • L’huile de cannabidiol peut être mélangée à vos boissons froides ou chaudes, infusée dans le thé et le café, mélangée à vos smoothies. Elle peut assaisonner une salade et agrémenter un plat froid ou cuit à température modérée. Sensible à la chaleur, il est préférable de l’ajouter en fin de cuisson si celle-ci dépasse les 180 °C.

5 -Bien doser

Le CBD peut être dosé différemment selon les goûts et les ingrédients avec lesquels il cohabite dans la préparation. Moyen, fort ou très léger, cela dépend des palais et de l’effet recherché.

Une faible quantité est recommandée pour commencer. L’intensité pourra augmenter selon vos préférences et votre sensibilité au CBD.

Une affaire de goût

À la manière d’une épice, le CBD associé avec certains légumes, fruits, céréales ou protéines peut produire des saveurs originales, vivantes et évolutives. Il s’accorde également à merveille avec le cacao, la vanille et la cannelle.

Quel goût a le CBD ?

Le CBD est un élément gastronomique complexe aux notes d’épices telles que le poivre, la noix de muscade, aux parfums d’herbes aromatiques telles que le thym, le romarin, la lavande ou la citronnelle, aux saveurs d’agrumes, de résineux. Ses arômes peuvent être iodés ou rappeler la noisette, la pistache ou l’amande grillée.

Le CBD apporte aux créations culinaires des tonalités mentholées, herbacées, poivrées, fruitées mais aussi de la fraîcheur et une tension végétale fort intéressante. Appréciées par certains, ces nuances aromatiques sont moins affectionnées par d’autres.

Vous n’aimez pas le goût ? Pas de problème.

Cuisiner la CBD peut être une façon d’atténuer ou de masquer le goût parfois terreux du CBD en jouant avec les autres composants qui viendront prendre le dessus et ravir vos papilles.

Au bain-marie

La décarboxylation se fait avec une chauffe plus douce en dessous de 100 °C. Cette méthode est plus appropriée à la diversité des préparations salées. La basse température du bain-marie révèle les multiples terpènes contenus dans la fleur et en fait un apport gustatif très intéressant.

Au four

Avec une température de chauffe élevée (120 °C), les principes actifs sont plus développés, tandis que les saveurs sont atténuées. Ce procédé convient très bien à la pâtisserie qui très souvent nécessite une cuisson au four. La température doit être comprise en xx et xx °C

Comment décarboxyler le CBD en cuisine ?

La décarboxylation est le fait de chauffer la fleur de cannabis.

En chauffant, le CBD active les terpènes contenus dans la plante de cannabis. Les terpènes sont porteurs d’odeurs et de saveurs. Suivant le mode de décarboxylation, l’apport du CBD ne sera pas tout à fait le même.

La décarboxylation du chanvre

La décarboxylation est le fait de chauffer la fleur de cannabis.

En effet, lorsque l’on dit que le CBD est naturellement présent dans le cannabis, c’est en fait un raccourci. En réalité, les molécules de cannabinoïdes existent dans la plante sous une forme acide, produite lors de la photosynthèse : la « carboxylation ». Ces acides carboxyliques ne sont pas bien assimilés par notre organisme. Pour interagir avec notre système endocannabinoïde, le cannabidiol doit passer par le processus de décarboxylation.

La décarboxylation du CBD est une réaction chimique. Elle utilise la chaleur pour convertir les acides cannabinoïdes naturellement présents dans le plant de cannabis en cannabinoïdes actifs, assimilables par le corps humain. Par exemple, lorsque l’acide cannabinoïde CBDA est décarboxylé, il se transforme en CBD, tandis que le THCA devient le THC.

Qu’il soit utilisé en épice en fin de cuisson ou comme assaisonnement de crudité, en infusion d’huile ou en marinade, le CBD pourrait être votre nouveau compagnon culinaire.

Pour tout comprendre au cannabidiol, c’est par ici.

Et ajoutez un soupçon de CBD – Comment cuisiner avec du CBD des recettes qui ont du goût et font de l’effet, 50 recettes”, Éditions First.